FAQ

Vous trouverez ici quelques réponses aux questions les plus courantes que les patients se posent quant à l’ostéopathie.

Si malgré tout vous ne trouvez pas de réponses à vos interrogations, n’hésitez pas à nous contacter.

Faites-vous craquer? 

Non, quasiment jamais (sauf si certains patients en ressentent le besoin), car il est possible selon nous de réaliser des techniques plus « douces » pour arriver au même résultat (voire mieux dans certains cas). Notre patientèle étant composée de femmes enceintes, nourrissons et enfants, aucun craquement ou douleur n’est ressenti avec ces patients, ni avec les autres d’ailleurs. 

Est-ce bon de se faire craquer? 

Comme nous le disons souvent, ce n’est à priori pas le craquement en lui-même qui peut être dangereux, mais les amplitudes qui sont utilisées pour arriver au craquement. Par exemple, certains patients se font craquer les cervicales ou les lombaires en amenant la tête ou le buste en rotation complète : c’est précisément cela qui n’est pas bon pour les disques et les ligaments, plus que le craquement en lui-même.

Le craquement est-il indispensable pour débloquer?

Certaines personnes ont peur du craquement, d’autres au contraire pensent que tant que ça ne craque pas, ce n’est pas débloqué, ou que ce n’est pas « replacé ». Les guillemets sont importants, car en ostéopathie on ne replace pas une articulation ou une vertèbre qui aurait « sauté ». Le langage est important selon nous. Alors que fait-on? On redonne de la mobilité et de l’élasticité, que ce soit au niveau des articulations, des organes, des muscles, des fascias…Le craquement (ressenti lors d’une « technique à haute vélocité et faible amplitude » dans le jargon ostéopathique) n’est en rien la preuve que la technique ou le traitement est efficace ou non, la littérature scientifique le démontre bien : le craquement au sein d’une articulation n’est pas gage d’efficacité. Selon de très récentes recherches, ce seraient des bulles d’air au sein de l’articulation qui se créent et éclatent lors de la manipulation. 

Ainsi, une technique résultant par un crack, ou une technique plus douce peuvent toutes deux être efficaces, le but dans les deux cas étant de restaurer de la mobilité et de l’équilibre au sein des tissus. Vous l’aurez compris, pour notre part, à efficacité égale, nous préférons utiliser des techniques plus douces dans le confort des patients.

L’ostéopathie est-elle remboursée par la Sécurité Sociale? par les mutuelles?

Les consultations en ostéopathie ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale. Cependant, de nombreuses mutuelles remboursent la totalité ou une partie des honoraires d’une consultation, et ce une ou plusieurs fois par an. Cette prise en charge varie selon votre mutuelle et selon le contrat souscrit. Vous pouvez donc contacter directement votre mutuelle afin de vous renseigner.

Vous pouvez aussi consulter la liste des mutuelles sur le site du Registre des Ostéopathes de France :
http://www.osteopathie.org/mutuelles.html régulièrement mise à jour.

Une facture vous sera délivrée en fin de séance pour vos remboursements par la mutuelle.

Combien de temps dure une consultation?

Entre 45 minutes et 1 heure pour notre part.

Doit-on se mettre en sous-vêtements lors de la consultation?

Dans la plupart des cas, c’est préférable, car un ostéopathe se doit de tester toutes les zones du corps, des pieds à la tête. Cependant, certains cas (religion, pudeur…) font que certains patients préfèrent garder leurs vêtements, et nous respectons cela bien entendu.

Pourrais-je faire du sport après la séance?

On entend souvent dire qu’il vaut mieux rester tranquille 48 heures après une séance d’ostéopathie. Nous sommes assez d’accord avec cela en général. Pourquoi? Car durant la séance, l’ostéopathe rétablit un certain équilibre au sein du corps, qui doit par la suite s’adapter à ce nouvel équilibre. Certains patients mettent plus ou moins de temps à s’adapter, ainsi, par précaution, le seuil est fixé à 48h sans efforts (sport, courses, ménage, port de charges…). Mais dans certains cas, il n’est pas possible de faire autrement (activité professionnelle, portage du bébé ou des enfants, des courses…), et ce n’est pas pour autant que la séance n’aura aucun effet! N’hésitez pas à nous en parler lors de la consultation, afin d’avoir des conseils précis et adaptés à votre cas.

Est-ce possible d’avoir (encore ou plus) mal après la séance?

Comme expliqué plus haut, le but de l’ostéopathie selon nous est de redonner élasticité, souplesse, et mobilité à l’organisme, afin de diminuer les contraintes et donc les douleurs. Ainsi la diminution de la douleur est un objectif secondaire (c’est-à-dire qu’elle arrivera dans un second temps), ce qui explique qu’elle puisse parfois toujours être présente en fin de consultation (moins intense dans la majorité des cas cela dit), voire dans les heures ou jours qui suivent. Cela dépend du motif de consultation, du contexte de la douleur…Dans de rares cas, la séance peut réveiller certaines douleurs, mais de manière passagère heureusement.

Faut-il revenir plusieurs fois après une première séance?

On ne peut pas répondre par oui ou par non à cette question, car cela dépend des cas. Dans notre société de consommation, tout nous pousse justement à la consommation. Cela ne correspond pas à notre vision et à notre prise en charge. En ce qui nous concerne, nous mettons tout notre possible pour que l’essentiel soit traité en une séance, afin de vous éviter dans la mesure du possible de revenir et de régler une autre séance. Parfois donc, une seule séance sera nécessaire à supprimer de manière radicale la douleur ou le symptôme, et parfois deux ou trois séances (rarement plus) seront nécessaires.

Faut-il venir régulièrement? combien de fois par an?

Là encore, tout dépend des patients. 

En fonction des besoins et des attentes, la plupart des patients consultent 1 à 3 fois par an, d’autres patients consultent par exemple une fois par mois pendant un certain temps parce que cela correspond à leur besoin du moment, pour d’autres ce sera tous les trois mois, en prévention (gestion du stress, suivi sportif, bien-être…)…à chacun de trouver le rythme qui lui correspond, en fonction de son ressenti, de ses besoins, de ses attentes, de l’activité physique et professionnelle…

Ce qui est important selon nous est la prévention, et ne pas attendre lorsqu’il y a une douleur pour consulter (cf Onglet « Ostéopathie » puis « Douleur »).

Voici ce que nous conseillons à partir de la naissance : 

-une consultation entre 10 jours et 1 mois (ou dans les 3 premiers mois) ;

-une consultation lors de la diversification ou du 4 pattes ;

-une consultation peu après l’acquisition de la marche ;

-une consultation annuelle à partir de 2 ans et jusqu’à 7-8 ans ;

-une consultation annuelle voire deux ou plus en cas d’enfants sportifs, ou d’appareillage dentaire ou de semelles orthopédiques ;

-une consultation annuelle ou plus selon l’activité physique ou professionnelle à l’âge adulte (comme expliqué plus haut, certains patients consultent une fois par mois par exemple pour des problématiques de stress ou autres…).

 Pour les femmes enceintes :

-une consultation lorsque des douleurs ou inconforts se font ressentir (les nausées des trois premiers mois en font partie) ;

-une consultation au tout début du 9è mois pour préparer le bassin à l’accouchement ;

-une consultation entre 15 jours et 1 mois post-partum, pour rééquilibrer le bassin, et préparer la rééducation du périnée le cas échéant.

Quelles sont les différences avec la kinésithérapie?

La masso-kinésithérapie est une discipline de rééducation, de renforcement musculaire, après un traumatisme, un accident, une opération chirurgicale, une douleur…c’est le médecin généraliste qui réoriente le patient chez le kinésithérapeute, donc sur prescription. Le kinésithérapeute s’occupe uniquement de la zone lésée. En général, plusieurs séances sont nécessaires, parfois plusieurs fois par semaine pendant plusieurs mois. Les séances sont prises en charge intégralement.

L’ostéopathie diffère en tous ces points. On peut en effet consulter un ostéopathe après un traumatisme, un accident, une opération chirurgicale, une douleur…mais aussi en prévention, sans douleur particulière (ce qui est rarement le cas en kinésithérapie). On peut consulter un ostéopathe en première intention, c’est-à-dire sans passer chez le médecin avant (c’est d’ailleurs le cas dans la majorité des cas), et cela n’aura aucun impact sur les remboursements. L’ostéopathe s’intéresse au corps des pieds à la tête, pas seulement à la zone douloureuse. Plusieurs séances peuvent être nécessaires, mais en général nettement moins qu’en kinésithérapie. Les séances ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale.

C’est justement leurs différences qui font de l’ostéopathie et de la kinésithérapie des disciplines complémentaires, et non opposées ou concurrentes. Nous n’exerçons pas le même métier, mais certains patients ont besoin des deux approches pour aller mieux. N’hésitez pas à demander conseil à votre ostéopathe ou votre kinésithérapeute.

Remarque : certains kinésithérapeutes sont aussi ostéopathes. Selon nous, chacun son métier, et les deux métiers ne sont pas compatibles s’ils sont pratiqués ensemble par un même thérapeute. Nous pensons qu’un praticien se doit d’exercer une seule de ces 2 disciplines afin d’être pleinement compétant dans celle-ci. Ainsi, un ostéopathe qui souhaiterait devenir kinésithérapeute devrait abandonner sa pratique d’ostéopathe, et tout kinésithérapeute qui souhaiterait pratiquer l’ostéopathie devrait abandonner sa pratique de kinésithérapie, pour se focaliser pleinement sur sa pratique. Selon nous, privilégiez donc les thérapeutes qui ne font que l’un ou l’autre. Rappelons par ailleurs qu’il est illégal (et fortement réprimandé par la loi) de se faire rembourser des séances d’ostéopathie effectuées sous le couvert de séances de kinésithérapie.

Etes-vous médecin? Doit-on vous appeler Docteur?

Un ostéopathe n’est pas forcément médecin. Certains médecins se forment à l’ostéopathie et deviennent donc médecins ostéopathes, mais ils sont nettement moins nombreux que les ostéopathes « exclusifs » en France. Pour notre part, nous ne sommes pas médecins, mais ostéopathes exclusifs. Ainsi, comme pour un kinésithérapeute, nul besoin d’être appelé « Docteur ». 

Dois-je aller chez le médecin avant d’aller chez l’ostéopathe?

Comme expliqué plus haut, ce n’est pas indispensable, car un ostéopathe est un praticien de première intention et peut vous recevoir directement, sans être allé chez le médecin avant. Cela n’aura aucune influence sur vos remboursements.

Qui peut consulter un ostéopathe? A partir de quelle âge? 

Tout le monde, et à tout âge (cf plus haut « faut-il venir régulièrement? »). Un ostéopathe bien formé sera capable de réorienter son patient vers un autre professionnel s’il juge que le motif de consultation n’est pas de son ressort.

Y-a-t-il des risques à consulter un ostéopathe?

S’il est bien et suffisament formé, non, il n’y a pas de risque. Les seuls risques évoqués sont ceux des manipulations cervicales, que nous ne réalisons jamais pour notre part. Même si certains patient ont des pathologies diagnostiquées (hernie discale, Parkinson, Sclérose en Plaque, cancer et bien d’autres), notre pratique sera adaptée en fonction de la maladie, et une ou plusieurs consultations seront donc possibles, et même souvent bénéfiques. Si vous avez des questions par rapport à une maladie particulière, n’hésitez pas à nous contacter. 

Tous les ostéopathes ont-ils la même pratique?

Non, et certains patients ont bien pu s’en rendre compte. Cela dépend de la formation initiale, et de l’expérience acquise par la suite. Certains « font craquer », d’autres ne le font pas. Certains ont majoritairement dans leur patientèle des nourrissons ou femmes enceintes, d’autres des sportifs ou musiciens. Certains gardent leurs patients 20 minutes, d’autres 1 heure. L’important est de trouver l’ostéopathe qui vous correspond, afin d’être pleinement en confiance durant la consultation. 

L’ostéopathie est-elle reconnue?

Oui, depuis la loi de 2002, et les décrêts d’application de 2007, l’ostéopathie est reconnue en France. Elle n’est en revanche pas prise en charge par la Sécurité Sociale.

Le terme « ostéopathie » signifie que vous travaillez seulement sur les os?

Non, nous ne travaillons pas que sur les os, mais sur toutes les structures du corps (muscles, ligaments, articulations, organes, système nerveux, système vasculaire, système lymphatique, système hormonal…) et ce en fonction du motif de consultation et de la problématique spécifique à chaque patient.

L’ostéopathie est-elle utile en prévention?

Bien sûr. C’est même presque l’idéal recherché. De la même manière que la révision d’une voiture lors d’un contrôle technique, même lorsque la voiture roule bien, une consultation en prévention, même lorsqu’il n’y a pas de douleurs, est justement judicieuse pour éviter l’apparition de douleurs par la suite, de la même manière que le contrôle technique permet de s’assurer du bon état de l’auto.