Pleurs – hyperexcitabilité – nervosité

 

pleurs bébé ostéopathie

 

Lors des premières semaines de vie, certains bébés ont des difficultés d’adaptation à leur nouvel environnement en dehors de l’utérus de leur maman. Cela pourra se manifester par des pleurs fréquents, une nervosité quasi constante, des difficultés à trouver le sommeil ou des réveils fréquents, un besoin important de téter ou d’être porté et bercé pour être calmé…

La recherche scientifique n’explique pas encore très bien pourquoi certains bébés sont si sensibles après leur naissance, alors que d’autres seront beaucoup plus calmes et paisibles.

Il est important à signaler que le problème ne vient pas forcément des parents! Nous voyons souvent au cabinet des parents désemparés, qui tentent de tout faire au mieux pour leur bébé, et rien n’y fait. Certains diront qu’il faut du temps, c’est vrai, mais nous pensons que l’ostéopathie permet sans doute d’apaiser ces bébés trop tendus.

Au début, de nombreuses questions vous seront posées pendant la consultation pour tenter de comprendre la raison du mal-être de votre bébé.

Que la grossesse et/ou l’accouchement se soient bien passés ou non, nous retrouvons lors des séances chez ces bébés des tensions importantes, au niveau du crâne, de l’abdomen, ou du bassin par exemple, tensions qui une fois relâchées, apaisent nettement le bébé.

Puis, des conseils précis vous seront donnés pour que vous soyez plus sereins et autonomes une fois rentrés à la maison avec bébé.

Il ne faut pas oublier que les pleurs sont un moyen d’expression du bébé. Il manifeste donc ainsi une douleur, une souffrance, un inconfort, un besoin d’être apaisé. Nous ne prétendons pas que l’ostéopathie a un effet magique sur ces bébés, mais nous constatons, et les parents aussi (et surtout!) que l’enfant est bien souvent soulagé suite aux séances.

Quant à l’éternelle question : « faut-il laisser un bébé pleurer ? », nos lectures, recherches et convictions personnelles à ce sujet nous amènent à penser qu’il vaut mieux éviter, au moins dans les premiers mois, de laisser pleurer un bébé seul dans son coin, en pensant qu’il se calmera seul au bout d’un moment…Ce sera peut-être le cas, mais à quel prix?

Comme dit plus haut, les pleurs sont un moyen d’expression (j’ai chaud, froid, sommeil, faim, envie de câlins, d’être bercé, d’être plus au calme, que l’on change ma couche…). Selon certaines recherches, ne pas répondre à la demande de son bébé pourrait induire un niveau de stress élevé, et n’aurait pas forcément d’intérêt pédagogique (pas pour tous les bébés en tout cas), contrairement à ce que certains pourraient croire. Même si laisser pleurer certains bébés pourrait marcher et les faire s’endormir ou se calmer au bout d’un moment, certaines recherches évoquent que cela pourrait induire des troubles affectifs, notamment dans les premiers mois, puisque l’entourage ne répond pas à la demande du bébé.

Nous pensons profondément que chaque bébé est différent, chaque bébé a des besoins particuliers, et une des clés pour chaque parent est de comprendre SON bébé (qui sera sans doute différent de celui d’un ami, d’un voisin), de réussir à déchiffrer ce qu’il désire, ce qu’il demande, car il est totalement dépendant de son environnement pendant les premiers mois de vie. L’instinct maternel, et l’instinct des parents, n’est ainsi sans doute pas à négliger.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à nous contacter (cf onglet « Contact »).